Réouverture des Burger King : pas de retour du "Whooper" sans mesures sanitaires

...

Depuis ce lundi matin, neuf restaurants de l'enseigne de fast-food Burger King ont rouvert leurs portes. Au-delà du service via le "drive", le restaurant a aussi choisi d'accueillir les clients à l'intérieur pour les commandes à emporter. Un dispositif qui a nécessité la mise en place de mesures sanitaires conséquentes pour les employés de la boîte. 

"On se prépare à la réouverture quasiment depuis la fermeture". Soit plus de six semaines pour mettre en place les solutions auxquelles tenait la réouverture des restaurants de la chaîne, selon Philippe Lariche, patron de Burger King (et de Quick) à La Réunion. Si son concurrent direct a décidé de rouvrir depuis déjà plus de 10 jours, lui a tout simplement attendu "d'être prêt" à cocher toutes les cases de la sécurité sanitaire en cette période de crise. "On était obligés de rouvrir pour des raisons économiques et financières, parce qu'on a perdu beaucoup d'argent, mais c'est pas obligatoirement la course à l'argent. (...) Il fallait prendre vraiment des mesures extrêmes parce que c'est une catastrophe sanitaire, qui devient une catastrophe financière", avance-t-il. 

Concrètement, c'est surtout la problématique des masques qui a été compliqué à résoudre, avec un besoin mensuel de 25 000 masques pour l'enseigne. Burger King Réunion, grâce à un partenaire, a pu acquérir 6000 masques en tissu homologués pour au moins reprendre l'activité, et devrait recevoir par la suite des masques chirurgicaux. Il a également fallu "décontaminer" les restaurants de l'île, former les personnels aux nouvelles normes d'hygiène à observer... 

"Après le passage de chaque client, on va désinfecter le plateau, le terminal bancaire et les caisses"

Dans le restaurant de Duparc à Sainte-Marie quelques heures après la réouverture, les effectifs se faisaient à leur nouvelle routine, tous équipés de charlotte et de masque, mais aussi, en fonction de leur poste, de gants voire de visière pour ceux en contact direct avec la clientèle. Au comptoir, à l'intérieur du restaurant où ne sont d'ailleurs autorisés que deux clients à la fois, les employés ont reçu la consigne de changer de gants après chaque contact avec de l'argent en espèces. "Après le passage de chaque client, on va désinfecter le plateau, le terminal bancaire et les caisses", assure Johan Manicon, directeur du Burger King Duparc. 

En cuisine, même si l'effectif a été réduit à une personne par poste au lieu de deux habituellement, il s'agit aussi de respecter une certaine gymnastique : au sol ont été délimités des espaces de travail pour que chacun s'y cantonne, et ainsi respecte la distance d'un mètre minimum avec son voisin. Résultat : ils ne sont plus que 8 personnes en cuisine. 

L'accès au restaurant a aussi été réglementé, pour les clients comme les employés. 

Prise de température pour chaque employé en début de service

Les employés qui prennent leur service entrent désormais par une entrée dédiée, et sont systématiquement accueillis par une personne qui leur ouvre, pour limiter les contacts. "L'employé va rester devant la porte, est accueilli par le manager, qui va prendre sa température pour vérifier qu'il n'est pas malade, lui faire désinfecter ses mains, avant de prendre la direction des vestiaires", détaille Johan Manicon. 

Côté client, même topo, la prise de température en moins. Pour pouvoir commander son repas à emporter au comptoir à l'intérieur, il s'agit de suivre un parcours client, pour que personne n'ait à se croiser : une seule entrée, une seule sortie, et entre les deux, une employée équipée de protections qui va vous ouvrir la porte pour que vous n'ayez pas à la toucher, et qui va vous demander de vous désinfecter les mains à l'aide de solution hydroalcoolique. 

Au "drive", ce sont des barrières qui ont été installées entre les voitures et le guichet, et les commandes sont tendues sur un plateau, pour respecter la distance recommandée. 

Une affluence "correcte", mais pas celle des grands jours 

"On a mis beaucoup de moyens, en particulier la désinfection des restaurants, car ce n'était pas à la Spontex qu'on allait faire une désinfection dans les règles de l'art", tient à souligner Philippe Lariche, qui a consacré deux semaines à ces opérations de nettoyage avant réouverture. 

"On accompagne le client, personne ne touche à la porte, on désinfecte les mains à l'entrée... Toutes les mesures maximales qu'on a pu prendre, on l'a fait par respect pour notre personnel et notre client", résume le patron de l'enseigne. 

L'affluence elle, était "correcte" ce midi au restaurant de Sainte-Marie, même si "ce ne sont pas nos chiffres habituels". "Il faut se réhabituer à ce mode de consommation différent, mais à nous de nous adapter et d'être ingénieux, pour faire la différence avec notre concurrent". 

Confinement ou pas, l'ouverture du dixième Burger King de l'île, près du Centhor à Saint-Paul, devrait elle bien avoir lieu, "début mai". (https://www.clicanoo.re/Economie/Article/2020/04/27/VIDEO-Reouverture-des-Burger-King-pas-de-retour-du-Whooper-sans-mesures)