Feu vert à la réouverture complète des bars et restaurants d’Ile-de-France

...

Après les terrasses, début juin, de nombreux bistrots et brasseries franciliens vont pouvoir rouvrir leurs salles à compter de ce lundi 15 juin.

Lundi 15 juin, la brasserie La Coupole, une institution du quartier Montparnasse a rouvert ses portes après trois mois de mise en sommeil. Tout un symbole. Les Franciliens peuvent se réinstaller à l’intérieur des bars et des restaurants pour prendre un café ou déjeuner. Le feu vert à la réouverture complète des établissements a été donné par Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée, dimanche 14 juin. « Dès demain, tout le territoire, à l’exception de Mayotte et de la Guyane où le virus circule encore activement (…) passera dans (…) la zone verte, ce qui permettra notamment une reprise plus forte du travail et la réouverture des cafés et restaurants en Ile-de-France », a-t-il déclaré. Une décision très attendue par la profession.

Contrairement au reste du territoire français, les bars et restaurants de la région parisienne ont subi une réouverture en deux temps. Le 2 juin, alors que leurs homologues accueillaient déjà les premiers clients en salle, à Paris et dans la zone limitrophe, encore en zone orange, seules les terrasses étaient autorisées. La Mairie de Paris a, toutefois, immédiatement réagi pour favoriser leur déploiement, chacun pouvant demander une extension ou une installation provisoire par une simple déclaration en ligne et l’obtenir sans bourse délier jusqu’en septembre. Avec la possibilité d’occuper des places de stationnement ou des trottoirs devant des boutiques. Les terrasses sont effectivement parties à l’assaut des trottoirs depuis le 2 juin, mais elles ne concernaient pas tous les établissements, tant s’en faut. Un peu plus de la moitié a profité de cette ouverture partielle.

Limitation des tablées

Bars et restaurants attendaient donc de pouvoir accueillir leurs clients en salle. Des salles désespérément vides depuis le 14 mars à minuit, quand le couperet de la fermeture est tombé pour juguler l’épidémie liée au coronavirus.

Cette fois, la machine est relancée même si les contraintes sanitaires s’appliquent toujours à l’ensemble des établissements. D’ailleurs, si le syndicat patronal Groupement national des indépendants s’est dit soulagé de pouvoir reprendre le travail sur toute la France, il a immédiatement réclamé la fin de la distanciation d’un mètre entre chaque client.

Cette règle s’accompagne de la limitation des tablées à 10 personnes et de l’obligation de porter le masque pour le personnel en salle comme en cuisine et pour les clients lorsqu’ils se déplacent dans l’établissement. L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie demande également un assouplissement de ces protocoles sanitaires, estimant à 60 % la perte maximale de capacité d’accueil. Ces limitations font s’interroger certains patrons sur la rentabilité de leur commerce et sur la date d’une reprise complète de leur activité, souvent dépendante du retour des touristes à Paris ou des salariés sur leur lieu de travail. Ceux qui n’ont pas encore ouvert le rideau depuis trois mois, auront parfois besoin de quelques jours pour réagir. Des affichettes sont apparues sur les devantures fixant la date de rendez-vous. Comme devant la brasserie Le Petit Cardinal, rue Monge, où il était inscrit dimanche « Nous rouvrirons le jeudi 18 juin et nous espérons que vous serez au rendez-vous, vous nous manquez ». En réponse, un client a laissé un petit mot : « Vous aussi vous nous avez manqué ». (https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/15/feu-vert-a-la-reouverture-complete-des-bars-et-restaurants-d-ile-de-france_6042860_3234.html)