Un projet à 3,6 M€ pour l'hôtel-restaurant du Lac de Madine

...

L’hôtel-restaurant du Lac de Madine a subi de plein fouet la fermeture administrative jusqu’au 2 juin. Depuis, la patronne Christelle Drapier retrouve petit à petit ses salariés et ses clients et relance ses projets d’envergure.

Tout n’est pas revenu à la normale dans le secteur de l’hôtellerie-restauration, loin de là. Mais depuis le 2 juin, qui a marqué la réouverture officielle des restaurants et dans la foulée par l’assouplissement de la réglementation sanitaire, tous les patrons retrouvent progressivement le sourire. À l’hôtel-restaurant du Lac de Madine (Logis de France) à Heudicourt-sous-les-Côtes, Christelle Drapier a exposé sans détour sa situation à Franck Menonville, à l’occasion d’une journée dédiée pour le sénateur à l’économie du tourisme sur le sud du département avant d’en faire autant lundi avec différents acteurs dans le Nord.

18 salariés en CDI

Occasion pour la patronne « de remercier l’État sur la mise en place du chômage partiel qui a permis de maintenir un salaire pour mes employés (18 CDI) sans trop grever notre trésorerie… » Un système garanti pour ce secteur jusqu’à la fin de l’année : « J’ai aussi repris deux des quatre femmes de chambre en juin, une troisième en juillet. En revanche, je n’ai pas renouvelé les six saisonniers habituels à cette période de l’année ». Seul écueil, l’établissement n’est pas éligible pour diverses clauses financières au fonds de solidarité, alors que le prêt garanti de l’État (PGE), réclamé sur un an, a été bel est bien validé.

La reprise s’est donc faite doucement au cours de la première quinzaine de juin, « puis avec la réouverture des frontières, nous avons vu des Luxembourgeois et des Allemands revenir sur le secteur. Maintenant, nous n’avons plus d’Américains et de Britanniques souvent de passage en road-trip. Nous avons perdu également les séminaires d’entreprises, les voyages groupés en bus, ou encore les grands repas de famille ou de mariage », note Christelle Drapier. Une perte qu’elle estime à hauteur de 50 % à ce jour pour l’hôtellerie et 20 % pour la restauration : « Les clients en couple ou individuels sont bien de retour mais cela ne suffit pas ». Statistiques à l’appui, elle pointe « les 387 nuitées de juin par rapport au 772 de l’an passé  Pour juillet, nous en sommes pour l’heure à 486 réservations pour un total de 896 en 2019, et 217 pour août contre 987 comptabilisés ». Très présente sur tous les sites de réservation en ligne d’Internet mais aussi sur les réseaux sociaux, Christelle Drapier compte aussi sur les actions promotionnelles du comité départemental de tourisme pour attirer des clients en dernières minutes. Autre source d’optimisme : « On constate que le panier moyen des clients est plus important que les autres années ».

Extension de 3,6M€

Cet établissement, créé par ses parents en 1969 au milieu d’un village très pittoresque, devrait bénéficier d’une véritable métamorphose. Après le rachat de deux maisons contiguës à l’établissement, un vaste complexe flambant neuf avec spa, piscine, salle de réunion devrait ouvrir d’ici début 2022. Le nombre de chambres passant également de 39 à 57. Coût du projet 3,6 M€ ! Une facture quelque peu allégée grâce aux aides de la Région Grand Est, au GIP Objectif Meuse et au fonds européens. L’extension réalisée ayant en outre le label écologique « Clé verte » avec isolation agréée, pompe à chaleur, ventilation double flux, éclairage Leds…

Pour autant, l’hôtel du Lac de Madine restera bien un 3 étoiles : « Nous voulons rester dans cette catégorie correspondant parfaitement bien à notre clientèle ». Et d’ici l’ouverture complète, le village tout entier sera raccordé à la fibre, comme l’a souligné le maire Lionel Jacquemin qui espère accélérer encore le chantier. Le bonheur sera alors vraiment tout près du lac… (https://www.estrepublicain.fr/economie/2020/07/13/un-projet-a-3-6-m-pour-l-hotel-restaurant-du-lac-de-madine)