La précarité augmente cet été à Toulouse, le restaurant social assailli de demandes

...

Pour pallier la fermeture de nombreuses associations caritatives cet été, le Secours catholique et les Restos du coeur distribuent des paniers repas tout l'été aux plus démunis à Toulouse. De 300 repas l'an dernier, 700 sont servis en ce mois de juillet sur trois sites différents.

L'été est loin d'être une période calme pour le Secours catholique et les Restos du cœur à Toulouse. Tout l'été, 7 jours sur 7 et en collaboration avec la mairie et le CHU de Purpan, des paniers repas sont distribués aux plus démunis sur trois sites de la ville. Solution pour pallier la fermeture de nombreuses associations caritatives durant la période estivale. 

De plus en plus de bénéficiaires

L'an dernier, sur un seul site, environ 300 repas étaient distribués chaque soir. En cette fin du mois de juillet, la barre des 700 repas a été franchie sur les trois sites. "Chaque soir, il y a de plus en plus de monde", raconte Fatia une bénévole du Secours catholique : "l'autre jour on n'a pas eu assez", regrette-elle derrière son masque.

Catherine Dumont, la trésorière du Secours catholique à Toulouse, décrit le profil des bénéficiaires : "Ce sont des gens qui sont sans ressources, qui ont l'habitude de fonctionner avec l'aide des associations caritatives et comme l'été beaucoup sont fermées ils sont là le soir pour arriver à se nourrir". De plus en plus de jeunes et de familles issues de l'immigration font appel au Secours catholique et aux Restos du cœur cet été.
 

La distanciation sociale respectée au maximum

Les familles font la queue parfois dès 18h devant l'Espace social du Grand-Ramier pour être sûres d'être servies. Difficile de faire respecter la distanciation sociale devant l'Espace, il n'y a que quelques mètres entre l'entrée et la route. Les gestes barrières sont en revanche plus faciles à mettre en place à l'intérieur du complexe.

Chaque bénéficiaire doit entrer masqué et se désinfecte les mains avec du gel hydroalcoolique avant de récupérer son/ses panier(s) repas. Plusieurs bénévoles fluidifient la distribution et un marquage au sol permet d'espacer les personnes dans la file d'attente. Les bénévoles qui ont préparé les repas sont derrière une plaque de plexiglas. 

Dans ce contexte sanitaire, le lien social est difficile à mettre en place explique Catherine Dumont : "L'année dernière, c'était sous forme de buffet, les gens restaient sur place attablés et ça nous permettait vraiment de créer du lien social, malheureusement, c'est ce qui manque aujourd'hui dans la distribution".

Les associations toujours à la recherche de bénévoles

Une quarantaine de bénévoles est mobilisée chaque jour pour confectionner et distribuer les repas aux bénéficiaires de plus en plus nombreux. La moitié de ces bénévoles fait partie du Secours catholique. "On ne va pas pouvoir recruter plus de monde pour pouvoir faire toujours plus de colis - accessoirement on a besoin de produits alimentaires pour les faire - on fabrique ici 350 salades donc l'enjeu du nombre de bénévoles est énorme", explique la trésorière Catherine Dumont.