Les designers au chevet des restaurants

...

Face à la pandémie, ils ont imaginé des solutions susceptibles de rassurer les clients passant à table en France comme dans le reste du monde.

Difficile de faire une plus belle démonstration de ce qu'est le design, associant forme et fonction. En revisitant la distanciation dans les restaurants à l'heure de la pandémie, les professionnels ont en effet une équation complexe à résoudre.

Patrick Jouin , designer à qui l'on doit aussi bien du mobilier urbain pour JC Decaux que des canapés pour des marques italiennes, s'est penché sur le sujet dès avril à la demande du chef Alain Ducasse avec lequel il travaille de longue date autour de ses restaurants.

Aller vite

Les premiers croquis se font en une journée. Ensuite, les deux hommes sont mis en relation avec des médecins de La Pitié Salpêtrière à Paris puis avec un architecte et ingénieur. Et l'équipe imagine des solutions innovantes.

« Nous nous sommes tout de suite dit qu'il fallait agir vite et réaliser un prototype », souligne Patrick Jouin. Le restaurant Allard est choisi. Au-delà de la distanciation émerge la nécessité de travailler sur la qualité de l'air pour éviter la transmission par aérosols. Au-dessus de chaque table sont installées une bouche de soufflage et une autre d'extraction qui permettent de renouveler l'air 5 fois par heure. Des paravents transparents sont, en outre, ajoutés pour créer des séparations.

Le parti a été pris de laisser les tuyaux visibles mais une illustratrice s'est chargée d'agrémenter l'arrivée d'air. « Il était important d'apporter un peu d'humour », remarque Patrick Jouin. L'investissement représente environ 1,40 euro par couvert. Et permet de remplir le restaurant, fermé pour l'été mais qui rouvrira à la rentrée, à plus de 80 % de sa capacité. Le designer espère que le travail fait chez Allard incitera d'autres restaurateurs à faire de même.

Christophe Gernigon a, lui, démarré ses recherches en voyant un reportage sur les restaurants fermés. « Je voulais trouver pour eux une solution pratique, légère, facile à produire et à nettoyer », explique-t-il. En format XXL, ses bulles, baptisées Plex'Eat et protégeant des projections, se suspendent au plafond. On y entre par un côté évidé. Une version duo existe aussi désormais

Buzz

C'est à l'étranger que le produit, vendu à 155 euros, a rencontré le succès. Il faut dire que ses photos ont fait le tour du monde, de la presse et des réseaux sociaux. Il a généré environ 700 commandes représentant 5.000 pièces.

Une chaîne japonaise de 700 restaurants veut faire un premier test tandis que les hôtels américains The Standard ont demandé une version colorée. Cet objet, conçu à l'origine pour la restauration, fait aussi des émules dans d'autres secteurs, des bars à ongles aux casinos.

(https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/les-designers-au-chevet-des-restaurants-1230251)