LES ÉTIQUETTES FOURNISSEURS

...

La traçabilité des aliments est une obligation en matière d’hygiène alimentaire et sécurité sanitaire, en référence au Règlement CE 178/2002 du 28 janvier 2002 dans ses articles 3 et 18. Elle constitue ainsi une des obligations du paquet hygiène imposée aux professionnels de la restauration. Les étiquettes fournisseurs, de même que les bons de livraison permettent la mise en application de cette règle.

 

Les mentions légales obligatoires

Le rôle premier d’une étiquette fournisseur est de rendre compte de l’origine du produit livré au professionnel de la restauration. Le second est de faciliter le transport, le stockage et dans une certaine mesure la distribution des denrées alimentaires livrées. Pour ce faire, une étiquette correctement rédigée doit contenir les mentions suivantes :

 

  • Le nom et les coordonnées du fournisseur,
  • La dénomination du produit ainsi que sa quantité exprimée en volume ou masse selon sa nature,
  • Le numéro du lot auquel il appartient,
  • La marque communautaire qui atteste de la salubrité des produits DAOA,
  • La date de transformation en France,
  • La date limite de consommation (DLC) ou la Date de Durabilité Minimale (DDM). Ces mentions doivent être rédigées en toutes lettres,
  • La description exacte du produit, s’il est ou non emballé et s’il a subi une transformation, etc.

 

Que faire des étiquettes fournisseurs ?

La note de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) préconise de conserver tout document permettant d’établir l’origine des denrées alimentaires transformées ou non, destinées à la consommation. Les documents en question, étiquettes fournisseurs compris, doivent être conservés 5 ans pour les produits dont la durée de conservation n’est pas précisée, plus de 6 mois pour les produits dont la Date de Durabilité Minimale va au-delà de 5 ans et plus de 6 mois également pour les denrées très périssables donc la DLC est inférieure ou égale à 3 mois.

 

En définitive, les étiquettes fournisseurs grâce aux informations mentionnées contribuent à retracer le parcours d’un animal, d’une denrée alimentaire ou d’une substance susceptible d’entrer dans la composition d’un aliment transformé, des origines jusqu’à sa distribution.

 

Il est de ce fait particulièrement important de les conserver dans la mesure où en cas d’alerte sanitaire, de plus ou moins grande ampleur ou encore de contrôle, ces documents sont susceptibles d’être demandés. Il existe aujourd’hui de nombreuses solutions qui permettent aux restaurateurs d’archiver facilement ces différents documents, papier ou numérique, l’essentiel est de les avoir.