« 25 % des restaurants sont menacés de fermeture définitive » : les restaurateurs inquiets après la prolongation du confinement

...

Alors que dans son allocution du 13 avril, le président a annoncé que la réouverture des restaurants n’était pas à l’ordre du jour, un quart des établissements pourrait mettre la clé sous la porte. En première ligne, les petits restos « à la française », du gastro à la bistronomie.

Cela faisait sept ans qu’ils économisaient pour que leur restaurant voie le jour. Le 18 janvier, Vanessa et Elis Bond ouvraient près du quartier Pigalle, à Paris, Mi Kwabo, un établissement exigu, tout juste assez grand pour poser quatorze couverts et se régaler d’une cuisine africaine très inspirée. Tout a d’abord souri au jeune couple : la presse, dithyrambique, a salué le « jeune talent » Elis, déjà distingué par le Gault & Millau, et la clientèle a commencé à affluer pour savourer un manioc en trois façons ou une banane plantain rôtie au poivre sauvage de Madagascar. « On avait des réservations jusqu’en mai », se souvient Vanessa Bond. Le confinement a fauché les restaurateurs dans leur élan.

« Nous n’avions pas commencé à faire des plats à emporter, et c’est devenu trop compliqué à lancer lorsque la crise est arrivée, regrette Elis Bond. Sans véhicule, sans masque, il était de toute façon impossible de travailler dans de bonnes conditions. Donc nous avons tout arrêté. » Reste pour les entrepreneurs à négocier avec des fournisseurs – eux-mêmes en difficulté – ce qu’il reste à régler, et avec le propriétaire de leur local, pour s’acquitter d’un loyer de 2 400 euros par mois.

Pris à la gorge, le couple s’octroie tout juste 100 euros par semaine pour faire les courses. « Si on peut reprendre l’activité en juin, on pourra tenir… mais sinon, il faudra lâcher », assume le chef. Fort de ses deux mois d’expérience, ce battant ne désespère pas cependant d’ouvrir un autre lieu « plus beau et plus grand ». Mais ce sera beaucoup plus tard.

(https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2020/04/14/chez-les-restaurateurs-la-peur-de-ne-pas-pouvoir-remettre-le-couvert_6036530_4497319.html)